PARTAGER
Des vagues s'écrasent contre les rochers au large de la plage de Batz-sur-Mer, (Ouest de la France), avant le passage de la tempête Carmen, le 31 décembre 2017. Image d'illustration | AFP / LOIC VENANCE

Des rafales à plus de 100 km/h, de fortes pluies… La tempête Carmen, qui a fait un mort, s’éloigne des côtes bretonnes lundi midi pour gagner l’intérieur des terres et la Gironde, alors que 40 départements sont placés en vigilance orange.

Dimanche, un homme d’une soixantaine d’années a été tué par la chute d’un arbre sur la voiture dans laquelle il se trouvait près de Saint-Jean-Pied-de-Port, selon la gendarmerie de Pau.

Carmen, la troisième tempête hivernale après Ana et Bruno en décembre, a atteint la côte Atlantique lundi matin mais, dès dimanche après-midi, l’ouest du pays a été touché par des pluies parfois soutenues accompagnées de rafales de vents de 60 à 80km/h ainsi que par de « fortes vagues » sur le littoral.

Sur l’ensemble de la Bretagne, 40.000 foyers étaient privés d’électricité lundi, selon Enedis, qui a diligenté un millier d’agents sur le terrain.

Bientôt la Corse

« C’est une tempête qui se décale d’ouest en est, les vents tempétueux touchent d’abord les départements de la côte atlantique. Puis, dans le courant de la journée, ils vont se propager du sud-ouest au Massif Central et, dans la soirée et la nuit prochaine, c’est plutôt la Corse qui sera touchée », explique à l’AFP Patrick Galois, prévisionniste à Météo-France.

De fortes vagues à Batz-sur-Mer Loire-Atlantique), le 31 décembre 2017 | AFP / LOIC VENANCE

 

La concomitance du passage de Carmen avec des coefficients de marée élevés (97 pour la pleine mer lundi après-midi) risque d’entraîner des phénomènes de submersion marine sur les parties « exposées ou vulnérables » du littoral, notamment en Nouvelle-Aquitaine où des déferlantes jusqu’à 9 mètres sont attendues.

Le phénomène de surcote engendrera en outre des niveaux d’eau importants sur la confluence Garonne-Dordogne lors des pleines mers, explique Météo France.

Des rafales à 133 km/h ont été enregistrées à la pointe du Raz, 136 km/h à Belle-Île, 125 km/h à l’île de Ré. Les liaisons avec les îles ont d’ailleurs été coupées jusqu’à mardi.

Infographie par AFP / Jean Michel CORNU

Le maire de Belle-Île se veut philosophe. « Il y a eu des coupures d’électricité et l’île a été plongée dans le noir, des arbres ont été déracinés, les liaisons ont été coupées… C’est sûr que ça a changé l’ambiance du réveillon mais on a l’habitude », a ainsi confié Frédéric Le Gars.

Dans le Finistère, un poulailler, arraché par le vent, a terminé sa course à cheval sur les deux voies de la RN 165 tandis que deux porte-conteneurs sont venus s’abriter en rade de Brest.

 

 

Dans la perspective de vents « violents » qui pourront aller jusqu’à des rafales de 150 km/h par endroits, Météo-France a annoncé le placement ce lundi de 40 départements en vigilance orange « vent » et/ou « vagues-submersion »: Allier, Ariège, Aveyron, Calvados, Cantal, Charente, Charente-Maritime, Cher, Corrèze, Côtes-d’Armor, Creuse, Dordogne, Finistère, Haute-Garonne, Haute-Pyrénées, Gers, Gironde, Ille-et-Vilaine, Indre, Indre-et-Loire, Landes, Loire-Atlantique, Lot, Lot-et-Garonne, Maine-et-Loire, Manche, Mayenne, Morbihan, Orne, Puy-de-Dôme, Pyrénées-Atlantiques, Sarthe, Deux-Sèvres, Tarn, Tarn-et-Garonne, Vendée, Vienne, Haute-Vienne, Haute-Corse et Corse du Sud.

Des personnes se protègent derrière des cabanes de plage de la mer déchainée, le 31 décembre 2017 à Batz-sur-Mer | AFP / LOIC VENANCE

La fin de l’évènement est prévu mardi à 06H00.

Tous les départements de la façade ouest, du Finistère aux Pyrénées-Atlantiques sont concernés par l’alerte orange « vagues-submersion ».

 

 

Aucune région épargnée

Ces risques météo ont déjà conduit plusieurs municipalités à annuler des événements prévus en bord de mer. Ainsi, certains traditionnels bains du Nouvel An ont été annulés ou reportés comme celui d’Anglet (Pyrénées-Atlantiques), reprogrammé pour le 7 janvier.

La mairie de La Rochelle (Charente-Maritime) a annulé le bal du Nouvel An prévu lundi soir sur le Vieux-Port et la ville de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) a interdit l’accès aux plages jusqu’à mardi.

Des vagues s’écrasent contre les rochers au large de la plage de Batz-sur-Mer, (Ouest de la France), avant le passage de la tempête Carmen, le 31 décembre 2017 | AFP / LOIC VENANCE

Aucune région ne devrait être épargnée par le vent, qui devrait toucher aussi les Alpes et la Méditerranée dans le courant de la journée.

La Corse, en particulier, sera la cible d' »un vent violent en soirée et durant la nuit suivante », selon Météo-France, évoquant des « rafales certainement supérieures à 140 km/h » sur l’Ile de Beauté.

Les consignes à observer en cas de vents violents sont de limiter ses déplacements, d’adapter sa vitesse en voiture, de faire attention aux chutes d’objets, d’éviter de se promener sur les zones littorales et forestières.

Carmen, « tempête hivernale classique » et d’une intensité comparable à Ana (11 décembre) et Bruno (mercredi), pourrait entraîner des dégâts dus à des chutes de toitures ou d’arbres pouvant endommager le réseau électrique.