PARTAGER

Happy BirthDead                             Sorti le 15 novembre 2017

Réalisé par Christopher B. Landon
Produit par Blumhouse Productions
avec Jessica Rothe, Israel Broussard, Ruby Modine, Annika Harris

Quelques chiffres :

Lors de sa semaine de sortie (du 15 au 21 novembre 2017), Happy Birthdead arrive à la 3ème place avec 231 000 entrées.

 

Synopsis du film :

Tree Gelbman est une étudiante qui se retrouve forcée à vivre la même journée de son anniversaire durant laquelle elle se fait attaquer et sauvagement assassiner par un tueur masqué. Elle doit donc vivre cette même journée encore et encore, afin de découvrir l’identité du tueur au masque de bébé. Comme indiqué par les différents spots publicitaires, Tree au gré de ses recherches finit par centrer ses recherches sur une sélection de suspects dans son entourage. Il lui revient donc la tâche de trouver son assassin afin de pouvoir sortir de ce cauchemar et enfin vivre un autre jour.

Happy Birthdead, un film à rebondissements mais aussi très « fun ».

Happy Birthdead fait parti des films de type « Slashers ». Mais qu’est-ce que sont les films « Slashers » ? Ce sont des films qui mettent systématiquement en scène les meurtres d’un tueur psychopathe, généralement masqué, qui élimine méthodiquement un groupe de jeunes individus, souvent à l’arme blanche. Dans le film, on retrouve le cas de Tree Gelbman, qui va vivre plusieurs fois la même journée, celle de son anniversaire. Comme le dit le synopsis, Tree se fait assassiner chaque soir par un tueur masqué et se réveille après dans la même journée. Cette scène de réveil est d’ailleurs la première scène du film après le petit clin d’œil du générique de la société « Universal » qui se répète plusieurs fois. Le film est très surprenant sur certaines scènes, surtout lors de son premier assassinat. Au début du film, lors de la première scène, on peut faire la rencontre des deux premiers personnages « Principaux », Tree et Carter. Carter est un étudiant en faculté, d’ailleurs comme Tree. Tree se réveillera tous les jours dans sa chambre de campus. Petite chose à préciser, Happy Birthdead à été produit par la même société que le célébrissime « American Nightmare » ou même « Paranormal Activity« , Blumhouse Productions. Beaucoup de scènes restent violentes, d’où l’interdiction au moins de 12 ans. Mais ce film est plein de rebondissements, d’humour caché mais il est fun. Voir ce tueur tous les soirs peut vous être effrayant, mais une fois que l’on connaît le personnage, on s’y fait. Le but du film, à mon sens, est d’essayer de nous faire deviner le nom et l’identité de ce tueur en question ! Avec son scénario éparpillé de formules du genre – on saupoudre l’intrigue de tueurs potentiels, du père à l’ex-jaloux, en passant par la coloc qui s’en prend plein la tête, l’héroïne étant une sacrée garce -, le film compte surtout sur l’ignorance du jeune public pour ce genre fétiche des années 80 (Vendredi 13, vous remettez ?), que Wes Craven avait intellectualisé avec son pastiche méta cinématographique Scream. Seulement, pendant le film, beaucoup de suspects s’ajoutent mais l’héroïne, Tree, reste perplexe chaque nuit. Les personnages restent, tout le long du film, assez mystérieux et c’est cela qui fait douter sur l’identité du tueur. Elle tente pendant des nuits de trouver le coupable mais en vain. Roublards et aficionados d’un fantastique mature passeront leur chemin, Happy Birth Dead se contentera d’exciter les émotions adolescentes. Dans ce périmètre dangereux, le résultat est avenant, loin d’être déshonorant, mais jamais totalement exaltant. Ce film reste à voir, il est très intéressant. Dépêchez vous d’aller le voir sur grand-écran, je le recommande.

Regarder la bande annonce :