PARTAGER
Caroline Langlade © Mathieu Gardes (cheekmagazine)

Ce mercredi 01 novembre, j’ai pu découvrir sur le plateau de C à vous, diffusé sur France 5, le destin poignant, émouvant et à la fois courageux d’une femme, Caroline Langlade, auteure de son propre livre, « Sortie(s) de secours » sorti aux éditions Robert Laffont le 2 novembre 2017.

Première de couverture

Elle aurait pu garder son chagrin pour elle et chercher une sortie en solitaire. elle a choisi un autre destin. porter à la fois le souvenir des morts et la parole des vivants. se battre, pour la dignité.

François Hollande.

Otage au bataclan, puis présidente de l’association « Life for Paris ».

Caroline Langlade (Robert Laffont)

Jeune Parisienne d’une trentaine d’années, Caroline Langlade est passionnée par l’écriture depuis l’enfance. Après avoir passé les vingt premières années de sa vie à raconter des histoires en images, et ses débuts professionnels comme réalisatrice audiovisuelle, elle nous livre aujourd’hui son premier récit en mots. Une façon pour elle de répondre aux maux laissés par l’expérience du 13 novembre 2015. Rescapée du Bataclan, cofondatrice puis présidente bénévole pendant près de deux ans de Life for Paris, qui regroupe plus de sept cents victimes du 13 Novembre, elle développe aujourd’hui un projet destiné à améliorer la gestion du stress post-traumatique.

Source : Robert Laffont

L’attentat, un acte traumatisant.

Depuis l’attentat du Bataclan, Caroline est traumatisé. Elle est considéré comme « Victime » ou comme « quelqu’un dont l’état n’a pas assuré la sécurité » (extrait du livre).

Sur cet entretien, elle dénonce aussi la situation « ignoble » des assurances. En appelant les assurances, elle voulait avoir un suivi psychologique avec son compagnon, Alexandre mais aussi savoir quoi faire pour sa veste, quelle a perdu au Bataclan lors de l’attaque. L’interlocutrice lui a soudainement dit :

Non mais madame, vous n’êtes ni morte ni blessée ! vous pourriez avoir un peu de décence pour les vraies victimes.

Même pour moi, cette phrase n’a aucun sens. Pour finir, Caroline Langlade est une vraie victime qui récemment a avoué aux équipes de BFMTV qu’elle a failli perdre la vue à cause du traumatisme (cerveau trop gonflé) qui, au fur et à mesure du temps, écrasait son nerf optique.

Petit mot de la rédaction :

Dans chaque article de type littéraire, notre rédaction rajoutera un petit mot.

Le livre « Sortie(s) de secours » aura bien le droit à une revue littéraire sur notre site.

Caroline, continuez à vous battre, vous êtes quelqu’un de bien, merci de vous battre pour les morts mais aussi pour « réparer les vivants ».

Sortie(s) de Secours sorti le 2 novembre 2017 aux éditions Robert Laffont. Disponible partout.