PARTAGER

L’esplanade du Louvre, où Emmanuel Macron a prévu un rassemblement en cas de victoire à la présidentielle, a été brièvement évacuée dimanche en début d’après-midi en raison d’une alerte de sécurité, a-t-on appris de source policière.

Il s’agit “d’une simple levée de doutes”, entraînant la mise en place d’un périmètre de sécurité et l’intervention d’une équipe pour vérifier l’absence de tout danger, a-t-on ajouté de même source, sans donner de détails sur la nature de la menace.

Peu avant 14H30, les vérifications permettant d’écarter toute menace se sont achevées, a-t-on ajouté de même source.

Il s’agit “d’une simple levée de doutes”, entraînant la mise en place d’un périmètre de sécurité et l’intervention d’une équipe pour vérifier l’absence de tout danger, a-t-on ajouté de même source, sans donner de détails sur la nature de la menace.

Peu avant 14H30, les vérifications permettant d’écarter toute menace se sont achevées, a-t-on ajouté de même source.

Selon un porte-parole d’En Marche! l’évacuation a eu lieu “suite à la détection d’un colis suspect”.

A 13H00, “les 300 journalistes présents ont été par mesure de sécurité évacués et portés à bonne distance de la zone”, a ajouté ce porte-parole, précisant qu’une salle de presse a été installée sur l’esplanade en prévision du rassemblement de dimanche soir.

“Vigilants et attentifs à la sécurité de ce type de grands événements, le mouvement En Marche! a mis en place un filtrage précis de tout matériel ou bagage de journalistes entrant sur site”, a-t-il ajouté.

Des forces de l’ordre étaient ensuite visibles patrouillant sur l’esplanade, traditionnellement très fréquentée par les touristes venus visiter le musée situé dans le centre de Paris.

Pour rappel, le 3 février, un Égyptien de 29 ans avait attaqué, une machette dans chaque main, une patrouille de militaires dans la galerie du carrousel du musée du Louvre, en criant “Allah Akbar”. Il avait été grièvement blessé par les tirs de riposte des soldats.